Nini Tapioca

Nini Tapioca

CAVELL PhilippeTESSICA Béatrice

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (Soyez le premier à noter ce titre)
Loading...


Dominique LeroyVertiges Passions Tag(s) : HumourIllustrationLesbienTexte illustréTransgenre
68 pages Référence : Q00064N

Synopsis


« Tout à fait dingue, délibérément vicelard, pervers en diable, inventif », c’est ainsi que le Rire a salué la première édition de ce livre qui, sous la forme d’une comédie illustrée, dénonce les conformismes de la mode qui voudraient transformer tout le monde en mannequins stéréotypés.

 

Tino est-il une fille, ou est-elle un garçon ? Ai-je la poitrine trop volumineuse, ou bien les hanches trop étroites ? Peut-on dissocier les plaisirs de la chair ?

 

Peut-on revendiquer la liberté sexuelle tout en suivant un régime amaigrissant ?

 

Lorsque Nelly était enfant, sa mère la giflait avec le bifteck qu’elle allait cuire dans la poêle. Une telle expérience aurait dû rendre Nelly masochiste, mais elle est devenue gourmande de tous les plaisirs imaginables.

 

« Nini Tapioca » est née de la décision de Philippe Cavell de ne plus persévérer dans la bande dessinée. C’était en 1978, les fanzines dans lesquels il avait publié jusqu’alors ne lui permettaient pas d’exprimer librement ses phantasmes. Il apporta donc à Dominique Leroy quelques dessins épars qui furent à l’origine du texte original de Béatrice Tessica. Mais commencés comme de simples illustrations, les dessins de Cavell ne tardèrent pas à ressembler de plus en plus à de la bande dessinée. Et quelque mois plus tard il commençait la réalisation de « Juliette de Sade », ayant enfin l’opportunité d’exprimer librement son art. « Transes Mécaniques », rassemblant ses œuvres secrètes, puis « Juliette de Sade » et enfin « Jessica Ligari », son chef-d’œuvre, ont imposé Philippe Cavell comme un des meilleurs dessinateurs de bande dessinée.

 

Collection Vertiges Passions. Texte en français et en anglais. Roman graphique, 68 pages, 59 illustrations en noir et blanc et couverture en couleurs de Philippe Cavell.





Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *