LES APHRODITES – Tome 1, Intrigante Agathe

LES APHRODITES – Tome 1, Intrigante Agathe

MURZEAU Emmanuel

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (Soyez le premier à noter ce titre)
Loading...


Tabou Tag(s) : Exhibition
Format : 230*320 Reliure : Cartonné couleur 46 pages Référence : 019287

Produits de la même série :

Synopsis


Écrit en 1793, Les Aphrodites est, à l’origine, un de ces romans « qu’on ne lit que d’une main» dont l’univers est une joyeuse débauche. En un siècle où les sociétés secrètes abondent, il fut un groupe de libertins, près de Paris, qu’on nommait « Les Aphrodites».

 

L’auteur y place l’intrigue de son marivaudage et décrit ses contemporains en véritable humaniste: les hommes sont jugés sur leur calibre et leurs performances, les femmes sur leurs qualités et leur expérience. Libertin donc, mais surtout hédoniste car Nerciat est aux antipodes de la morgue du marquis de Sade. Le Chevalier vient retrouver Mme Durut, sa marraine en matière de plaisir, à l’hôtel de rencontre pour nobles dont elle est l’intendante. Les retrouvailles, après quatre années, sont fougueuses. Comme la Duchesse se morfond dans l’attente du comte, en retard au rendez- vous donné, Mme Durut lui propose, après les services d’un jeune « jockey », de rencontrer le Chevalier qu’elle fait passer pour son neveu. Le retardataire sera de son côté retenu comme il se doit, à son arrivée, par l’adorable Célestine, une fringuante espiègle, à laquelle il ne saura résister. La Duchesse reprend ses esprits et oubliant soudain le plaisir obtenu avec celui qu’elle tient encore pour un roturier, crie au viol et menace de suicide. Mme Durut venue défendre son champion, est suivie par le Comte jaloux qui aussitôt exige des réparations. Elle doit alors leur révéler la condition d’un Chevalier déjà prêt à en découdre. Célestine vient enfin s’ajouter au tableau pour apaiser les passions, en rappelant au Comte ses propres incartades. Les cinq personnages se retrouvent autour d’un dîner de réconciliation qui tourne vite à la bacchanale. On l’aura compris, Les Aphrodites est une sorte de vaudeville, une histoire de placards où la langue fine du 18e siècle est mise en valeur par le dessin de grande qualité d’Emmanuel Murzeau.