La Poupée

La Poupée

DEBRISAC GilHOLST

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (Soyez le premier à noter ce titre)
Loading...


Petits aphrodisiaquesSabine Fournier Tag(s) : Texte illustré
Référence : L00214

Non disponible au format physique

Synopsis


Contient 24 illustrations de Holst.

 

A Cavaillon, capitale des melons, Christine, s’ennuie dans sa belle villa. Elle est mariée à un sous-offi cier dans la marine marchande, qu’elle ne voit que tous les trois mois. Pour s’occuper, elle s’intéresse à ses voisins. Ceux-ci ont un gamin. Une relation tendre se noue entre la jeune solitaire et l’enfant qui grandit. Tony dort souvent chez sa voisine et même dans son lit. Au début, elle n’est pour lui qu’une mère de remplacement. Mais les années passant, il grandit… et voilà qu’à seize ans il vient encore de temps en temps partager son lit ! Seulement, il ne s’y comporte plus comme un enfant… Des jeux de plus en plus coquins s’instaurent entre Christine et son jeune voisin. Tourmenté par les démons du sexe, il se fait initier par elle plus ou moins de bon gré (la chair est si faible…), en fait, on pourrait se demander lequel initie l’autre ? Ce sentiment maternel évolue, et si, au début, les deux personnages vivent leur complicité amoureuse dans un étrange climat de perversité et d’innocence, bientôt les démons du vice prennent les rênes, emportant les tourtereaux dans des équipées de plus en plus scabreuses. C’est que ce coquin de Tony, qui fait de mauvaises lectures, a des goûts très « partageux », comme on disait jadis. Quand il y en a pour deux, il y en a pour trois, non ? Il aime bien faire profi ter ses copains des joies charnelles (et cérébrales) qu’il goûte avec sa « poupée vivante » (car c’est leur convention : Christine, quand « ils s’amusent », n’est plus une dame, mais… une « poupée qui fait pipi ».) Garçons et fi lles viennent donc pouponner avec l’épouse délaissée du navigateur… Chacun voyage à sa façon, certains embarquent pour Valparaiso, d’autres pour Cythère… Sans doute le meilleur roman de Gilles de Brissac. Quand aux dessins de Holst… du nectar !





Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *