• Notez Les Auteurs
    Notez Les Auteurs
  • Work In Progress
    Work In Progress

Les auteurs cultes : Mónica & Beatriz, reines du porno initiatique à l’espagnole !

Chez Dynamite, on les connaît pour leur sulfureuse saga des Petites Vicieuses, où des teens délurées sont initiées à toutes sortes de perversions… Mónica & Beatriz, deux auteures madrilènes ayant débuté dans la célèbre revue espagnole El Vibora, sont un mystère autant qu’un sujet de fantasme pour de nombreux lecteurs. Tâchons d’en apprendre un peu plus sur elles en interrogeant la bible de la bande dessinée érotique et pornographique, j’ai nommé Henri Filippini. Attention, vous ne regarderez jamais plus les naïves étudiantes de la même manière !

 

*****

 

Si l’on en croit leur éditeur, les deux jeunes Madrilènes Mónica et Beatriz préfèrent rester dans l’anonymat. En effet, une avalanche de lettres obscènes arrivées à la rédaction les incite à ne pas dévoiler leurs identités. Admiratrices des Italiens Andrea Pazienza et Tanino Liberatore, ces deux jeunes femmes sont surtout influencées par l’Espagnol Alfredo Pons, lui-même auteur de bandes dessinées gentiment érotiques comme “Maria la nuit”. Leur première œuvre commune, “Las Pequeñas Viciosas”, est publiée en 1991 dans le mensuel El Vibora des éditions La Cupula. Il s’agit en fait d’une réponse provocatrice à une BD de Pons intitulée “Internas”. Après avoir réalisé de nombreux épisodes des “Petites Vicieuses”, le duo se lance dans la science-fiction érotique avec “Viciousland”. Pour le nouveau mensuel Kiss Comix, elles signent un “Manual de las Pequeñas viciosas”. En 1997, elles réalisent “Miranda di Carlo”, second volet de la série “Viciousland”. De son côté, Mónica publie les aventures de Luz & Fer dans El Vibora. Ces deux énigmatiques dessinatrices signent aussi de nombreuses couvertures des magazines Kiss Comix et El Vibora. Un trait d’une grande lisibilité, un humour caustique, des filles bandantes, des couleurs chaudes, caractérisent l’œuvre originale de Mónica et Beatriz, en marge des séries plus conventionnelles. Il est temps de dévoiler la véritable identité de ce duo mystérieux. Ce sont le dessinateur Calvo (José Antonio Calvo Téllez) et le scénariste Santiago Segura qui se dissimulent sous ce double pseudonyme qui a fait fantasmer leurs lecteurs.

 

Leur BD culte : Les Petites Vicieuses, El Vibora, 1995

 

Ces petites vicieuses sont à l’image de l’Espagne nouvelle, libres et sans le moindre tabou. Avec leurs visages de jeunes filles sages, on leur donnerait le bon Dieu sans confession, et, pourtant, que de turpitudes sont-elles capables de déclencher ! Peu importe leur identité, Béa, Mónica, Marga et les autres sont des filles qui ne pensent qu’à copuler. Chaque épisode de la série nous fait découvrir de nouvelles filles qui, sous leurs airs innocents, ne rêvent que de sexes énormes, de partouzes et de types au moins aussi vicieux qu’elles. L’homme ne représente pour elles qu’une source de plaisir : une fois épuisé, pas question de s’embarrasser de sa présence, il peut aller se faire pendre ailleurs. Ces belles filles cyniques aux visages de poupées voient le jour dans le mensuel espagnol El Vibora sous le titre “Las Pequeñas Viciosas”. Deux jeunes dessinatrices en revendiquent la création, Mónica et Beatriz. Le dessin sage est truffé séquences hard, de membres monstrueux, de filles impudiques. Sous ses airs de série classique, cette bande dessinée est l’une des plus torrides. En 1994, dans les pages du mensuel érotique Kiss Comix, Mónica et Beatriz présentent “El Manual de las Pequeñas Viciosas”, où Marga et ses amies distillent de précieux conseils. En France, c’est sous le titre “les Petites vicieuses” que cette série paraît dans Bédé X, puis en 1993 sous forme d’album aux éditions Glénat. Elle est rééditée dix ans plus tard par Dynamite qui propose un second et un troisième volumes réunissant des épisodes encore inédits.

 

 

Article extrait de l’Encyclopédie de la bande dessinée érotique, par Henri Filippini.


1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (5 vote(s), moyenne: 4,00 / 5)
Loading...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *