• Notez Les Auteurs
    Notez Les Auteurs
  • Work In Progress
    Work In Progress

Comment séduire un chroniqueur BD (de fesses) ?

Sans titre

 

En toute modestie, cela fait maintenant près de quatre ans que votre humble serviteur s’escrime à partager son parcours dans la découverte du monde complexe de la Bande Dessinée Érotique. J’en ai lu des titres, du très bon au très mauvais. Et je reste en général positif, ne serait-ce que par respect pour le travail des auteurs.

 

Mais voilà, ici à BD-Adultes, on veut aussi soutenir les jeunes auteurs, ceux qui triment en espérant un jour être publiés et peaufinent leur titre. Alors, fort de mon expérience toute personnelle et de multiples discussions, je partage avec vous mes « trucs » qui me font retenir un titre plutôt qu’un autre.

 

Attention, ce n’est ici que mon point de vue.

 

 

Premièrement, la Bande Dessinée est, j’enfonce une porte ouverte, un art graphique. Un trait original et qui flatte l’oeil est un attrait évident. On parle du corps et de sa représentation, un minimum de connaissances anatomiques est donc nécessaire. C00253Dessiner nécessite un talent, c’est certain, mais tous les grands de la profession vous le diront, du travail, du travail et encore du travail pour peaufiner son trait, il n’y a pas de secret ! Et Photoshop aide, mais ne fait pas tout (et ça se voit, bordel !!).

 

Le dynamisme de la page est essentiel ! Composez votre page comme un ensemble cohérent avec votre récit. Dessinez bien est un atout, mais sans mise en page, mise en scène et cadrage, vos efforts seront réduits à néant. C’est souvent malheureusement ce que je reproche aux blogueurs BD à l’énergie impressionnante, mais au récit ruiné parce qu’ils ont le nez sur leur case, et non sur leur page. Pour ce faire, une bonne connaissance du 9e Art aide. Lisez et retenez ce qui vous plaît ou comment l’auteur a réussi à combiner le récit graphique et écrit pour ne faire qu’un, sinon vous ferez au mieux un récit illustré (qui peut aussi avoir un attrait).

 

Maintenant, de façon plus spécifique au genre érotique, vous pouvez faire jaillir votre obsession, développer votre thème. Voyez comme Baldazinni a explosé le Shemale, Von Gotha fait du BDSM chic sa spécialité ou encore Xavier Duvet a mis en lumière la féminisation et, enfin, le très troublant l’Institutrice de Bruce Morgan dont certains en font encore des cauchemars. Certes, cela ne vient pas du jour au lendemain, mais encore une fois, le travail fournit toujours des résultats et votre thème n’en sera que plus riche et profond et pour finir unique !

 

DuvetPlus difficile, vous pouvez choisir l’originalité. On peut mélanger les genres. Comme au cinéma, les genres sont poreux et doivent être traités comme autant de matières malléables. L’imagination et l’originalité sont toujours récompensées. Les exemples sont nombreux, l’excellent Royal Gentleman Club, les Filles Perdues, etc.

 

Enfin, le scénario ! Très souvent négligé, il reste néanmoins un point essentiel pour les plus cérébraux d’entre nous. Un lecteur quelqu’il soit ne peut se contenter d’un héros qui baise toutes les femmes qu’il croise. Ne perdez pas de vue que le sexe n’est pas que mécanique, le cerveau est la zone érogène qui procure les orgasmes les plus forts !!

 

Souvenez-vous, il est facile de critiquer, mais bien plus dur de créer. Et si la critique parait facile, elle n’est pas pour autant là pour vous blesser, mais bien pour mettre en lumière vos points forts et aussi vos points faibles. Ne baissez pas les bras et vous serez la prochaine star des bacs (enfin, des rayons difficilement trouvables pour le genre adulte) !


1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (1 vote(s), moyenne: 5,00 / 5)
Loading...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

2 avis pour “Comment séduire un chroniqueur BD (de fesses) ?

  1. BuzzPorn

    Certains mangaka se lancent dans le hentai bien souvent parce que c’est l’un des genre les plus populaire en oubliant que le succès est lié au talent et à la qualité. Il y a beaucoup de productions qui ne sont là que pour faire de l’argent et ça se voit tout de suite. Si on peut se contenter d’une mauvaise vidéo porno sur Internet, la lecture est différente et demande effectivement quelque chose de plus cérébral.

    Répondre